Journées de l’Architecture 2020

La MEA (Maison Européenne de l’Architecture) est sur le point de conclure la 20ème édition des Journées de l’Architecture (dernière manifestation le 31.10.2020 à Strasbourg).

« Fait maison » cette année: se retrouver chez soi pendant le confinement, se poser des questions importantes comme « comment vivrons-nous, comment voulons-nous habiter, prendre de nouvelles habitudes et faire soi-même ». L’édition 2020 s’inscrit dans cette période singulière qui génère un élan de changement dont l’architecture pourra être marquée. Plus de 120 manifestations, malgré les incertitudes et les contraintes d’organisation, auront été fréquentées par un public toujours nombreux et intéressé.

Forcopar y aura participé en proposant une nouvelle déambulation, avec le concours efficace de la Communauté de Communes de la Région de Guebwiller / Pays d’Art et d’Histoire. Avec un thème « de l’architecture industrielle aux actions philanthropiques », nous avons voulu montrer au public que Guebwiller était également très tôt un lieu d’industrie, par des fabriques d’abord, puis par des usines. En effet, nombre de bâtiments subsistent dans la ville basse et sont principalement reconvertis en habitations. Manufactures/usines oui, si les patrons disposent d’une main d’œuvre locale ou importée. C’est pour cela que certains d’entre eux, à l’image de Jean-Jacques Bourcart, ont créé des cités ouvrières pour loger les ouvriers et leurs familles dans des conditions décentes.

Voici notre fil conducteur:

« A peine 15 ans après la Révolution, la région de Guebwiller s’inscrit dans le processus de l’industrialisation, entraînant une inexorable mutation sociale. Des hommes se lancent dans l’aventure en créant majoritairement des entreprises textiles.

Sur une terre dédiée à la vigne et aux activités artisanales, ils font construire des usines et mettent au point des techniques de fabrication pour offrir des fils, des tissus, des toiles imprimées, de la rubanerie, de la faïence, des machines pour l’industrie… avec le concours d’une main d’œuvre nombreuse. Certains patrons mènent aussi une action philanthropique en créant une société d’assurances mutuelles, en limitant le temps de travail (notamment des enfants), en fondant les premières cités ouvrières.

C’est en cela que la caractéristique « Fait maison » trouve sa justification : tout a été pensé et réalisé sur place, par des volontés personnelles, avec les moyens disponibles de l’époque.

Parmi les personnes présentes, M. Jean-Marie Balliet (membre du Conseil scientifique de l’Association Vauban) nous a accompagné en photographiant avec art les lieux de visite. Il nous autorise à consulter son album de visite via l’adresse ci-dessous. Un grand merci pour cette illustration.

Patrimoine architectural illustré de Colmar & ses environs — Au fil des siècles